Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Maman-Louve.over-blog.com

Articles récents

Un deuxième enfant

2 Janvier 2017 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Bb

Un deuxième enfant

Chère lectrice,

je tiens d'abord à m'excuser d'avoir un peu délaissé ce blog... la vie file à 100 à l'heure entre le travail, la maison et un louveteau qui a commencé l'école en septembre et demande beaucoup d'attentions quand on est avec lui car il veut profiter de ses parents !

Après beaucoup de réflexions, de discussions, de doutes et d'interrogations, Papa-Loup a accepté mon envie d'un deuxième enfant. Nous avons commencé les essais au début de l'été, le premier cycle s'est soldé par une fausse couche précoce mais le troisième cycle a été le bon!

Alors maintenant je peux le dire, Louveteau va avoir une petite soeur en mai 2017!

Je suis extrêmement heureuse et ... fatiguée! Aucune grossesse ne se ressemble mais il me semble que celle-ci est plus difficile que la première, sûrement parce que je n'arrive pas à me reposer comme il faut avec Louveteau à gérer en plus...

Et j'en profite pour te demander ton avis : il me faut trouver un surnom pour cette petite puce sur le blog, alors si tu as envie de participer n'hésites pas à me proposer tes idées!

Voir les commentaires

Le blog a 3 ans!

15 Août 2016 , Rédigé par Maman-Louve

Mon blog a aujourd'hui 3 ans!

Merci à celles qui ont aimé ou commenté malgré mon manque d'activité, Maman-Louve est débordée! J'essaye de revenir vite avec d'autres articles!

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

18 Mars 2016 , Rédigé par Maman-Louve

3 ans mon louveteau! Déjà...!

Il y a 3 ans cela faisait 9 mois tout pile que je te portais dans mon ventre, que je me préparais à ton arrivée, que mon cœur était déjà aussi plein de toi que mon ventre était rond!

Il y a 3 ans le 17 mars à 21:30 je partais à la maternité, anxieuse (un peu) de savoir comment allait se passer ton accouchement, impatiente surtout de te serrer contre moi et non plus "dans" moi, impatiente de te respirer, de t'admirer, de m'interroger pour savoir à qui tu ressembles...

Il y a 3 ans j'étais loin d'imaginer la douleur, la fatigue, l'épuisement, la crainte de devoir passer en césarienne d'urgence, les 11 heures passées à m'inquiéter pour toi, pour que tout se passe bien, pour que ton arrivée en ce monde se passe le mieux possible et en douceur.
J'étais aussi loin de m'imaginer que tout cela serait balayé en une fraction de seconde lorsqu'après ton premier petit cri j'ai accueilli ton petit corps tout chaud sur ma poitrine! Toute ma vie je me rappellerait de l'intensité de ce moment, de sa charge émotive incroyable, de ce moment où tu as réellement fait de moi une maman!

Depuis lors je m'efforce de faire ce qu'il y a de mieux pour toi, pour ton développement personnel, pour ton éducation, pour t'offrir le meilleur mais surtout pour te rendre heureux! Quitte parfois à m'oublier un peu moi-même... mais c'est le lot de tout parent aimant je crois.

Depuis 3 ans tu me combles de bonheur, tu me remplis de fierté, tu me fais tourner en bourrique aussi!

Je t'aime de tout mon cœur mon louveteau ❤️ je suis si fière du petit garçon que tu deviens!

Voir les commentaires

Discussion autour d'un "bébé n°2"

24 Juillet 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Bb

Discussion autour d'un "bébé n°2"

Chère lectrice,

Cela fait si longtemps que je n’ai pas écrit que cette fois je te mets une double dose de lecture !

Le sujet cette fois-ci tourne autour d’un « hypothétique » petit 2ème ! Zhom et moi sommes tous les deux enfants uniques mais avec un vécu très différent… Personnellement je crois bien qu’étant petite je n’aurais pas aimé avoir de frère/sœur mais avec le recul je pense que cela aurait été bien d’avoir quelqu’un avec qui partager… les joies, les peines mais aussi l’attention de ma maman-poule-un-peu-possessive.

Toujours est-il que j’ai toujours voulu avoir une famille nombreuse ou du moins comportant plus qu’un enfant… en fait je souhaitais en avoir deux ou quatre, de préférence quatre. Surtout pas trois, les quelques exemples que j’ai eu autour de moi avec trois enfants m’ayant laissé une drôle de sensation plutôt négative (même si je suis sûre qu’il y a des familles avec trois enfants où cela se passe très bien !) : l’aîné avait le droit de tout faire parce qu’il était grand, le dernier avait le droit de tout faire parce qu’il était le petit chouchou alors que le cadet était sans cesse brimé et réprimandé (pas assez grand pour faire comme l’aîné, pas assez petit pour faire des caprices que l’on acceptait sans sourciller comme le benjamin).

Bref, mon objectif ÉTAIT quatre enfants… oui enfin, ça c’était AVANT d’avoir mon petit louveteau/tornade ! À l’heure actuelle j’ai revu mes envies légèrement à la baisse : deux c’est bien finalement… d’abord parce que financièrement je souhaite pouvoir leur offrir le maximum sans avoir (trop) à nous restreindre… ensuite parce que j’ai 31 ans, et que si on compte environ 3 ans d’écart entre chaque (je vous explique plus loin pourquoi) cela amènerait le 4ème pour mes 39 ans ?! Euh non… je ne pense pas avoir le courage ni l’envie de passer les 10 prochaines années dans les couches ! Si j’avais eu le premier plus jeune peut-être mais maintenant non…

Deux c’est bien disais-je donc… Mais là est toute la problématique : pour être quatre il faut d’abord que nous soyons deux à le vouloir ! Tu l’auras compris, Papa-Loup n’est pas très « chaud » à l’idée d’avoir un deuxième… Pour résumer il est absolument ravi d’avoir louveteau mais cela lui suffit, il se sent complet dans son rôle de papa. Son argument favori (que je réfute systématiquement) : « oui mais le premier est tellement réussi, imagine si le deuxième n’est pas aussi bien… ». What the fuck ?! Pardon mais pour moi cet argument est nul… J’ai quelques amis qui ont eu passablement de difficultés avec leur premier (nuits coupées, voire inexistantes jusqu’à quasi un an, bébé très en demande et colérique etc…) et qui du coup hésitent à remettre le couvert, se demandant si vraiment ils sont prêts à affronter un deuxième qui pourrait être pareil… Dans ce sens-là je le comprends… Mais quand la grossesse s’est bien déroulée, l’accouchement globalement aussi et que le bébé est en bonne santé, souriant, heureux et nous remplit de bonheur pourquoi se limiter en pensant que le deuxième serait peut-être plus difficile ?!

Et puis je n’y peux rien, c’est peut-être hormonal ou simplement dans ma tête mais j’ai cette envie au fond de moi qui grandit depuis le jour de la naissance de mon louveteau, qui en ce moment se fait de plus en plus présente, pressante même… Je VEUX un deuxième bébé, je veux une deuxième grossesse, je veux verser une petite larme devant l’échographie qui me montrera son petit cœur qui bat, sentir encore une fois des coups dans mon ventre qui font des vagues, vivre un deuxième accouchement, une deuxième première rencontre avec un bébé, NOTRE bébé. Je VEUX des deuxièmes premières fois : premier sourire, premier rire, premier mot, première dent, premiers pas… J’ai envie d’entendre MES enfants rigoler, se chamailler, se courir après dans l’escalier ou le jardin…

Alors j’attends… sagement et patiemment (plus ou moins), en jetant parfois quelques perches à mon chéri pour le relancer sur le sujet (ne jamais lâcher !). J’attends parce que de toute façon ce n’est pas pour tout de suite, nous avons une contrainte financière de taille : étant impossible pour nous de payer deux fois une nounou il faudra donc « calculer » de sorte à ce que louveteau soit plus ou moins déjà à l’école lorsque bébé2 devra aller chez nounou... Calculer, pfff, je n’aime pas ça : ça enlève un peu de spontanéité, d’envie, d’inconnu, de surprise… mais bon, pas le choix !

Ceci dit dans ma tête tout est décidé, à tel point que l’autre jour en discutant avec Papa-Loup au sujet de l’achat d’une table pour la cuisine je lui expliquais le plus naturellement du monde « tu vois quand on mangera à table le soir tous les quatre… ». Car oui, pour moi cela ne fait aucun doute, un jour nous serons quatre !

Discussion autour d'un "bébé n°2"

Je n’ai aucune anxiété, je sais que j’ai largement assez d’amour pour en donner autant à mes deux enfants, sans qu’aucun ne se sente lésé. « L’amour ne se divise pas, il se multiplie ». J’espère juste qu’au final louveteau sera heureux d’avoir un petit frère/sœur, qu’une fois passée la première période toute naturelle de jalousie envers cette petite chose qui lui vole sa maman il sera épanoui autant qu’il l’est maintenant ! Parce qu’en réalité son avis on ne l’a pas demandé ! Ok, de toute manière il est trop petit pour comprendre et répondre pour le moment mais quand même…

Finalement la question est : est-ce qu’on fait un deuxième enfant pour nous ou pour le premier ? Je crois qu’en fait on cherche des arguments disant qu’on le fait pour le premier : pour qu’il ait de la compagnie, pour ne pas qu’il se sente seul maintenant ou plus tard… mais en fait c’est pour nous qu’on en fait un deuxième, pour se sentir complète… Alors est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Est-ce égoïste ou altruiste ?

Je n’ai pas vraiment trouvé de réponse à cela mais je vous laisse m’écrire un commentaire si vous le souhaitez…

Ce que je sais moi, c’est que qu’il m’arrive parfois de lui parler dans ma tête, à mon « futur » bébé2 : je lui dis de m’attendre, d’avoir un peu de patience mais qu’un jour il/elle sera là, dans nos bras et que mon cœur débordant d’amour aura trouvé la paix et la sérénité de voir sa famille enfin complétée…

Voir les commentaires

Maman-Louve teste : Miss Carrot

24 Juillet 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Tests

Maman-Louve teste : Miss Carrot

Chère lectrice,

Je te prie de m’excuser, cela fait très longtemps que je n’ai rien posté ! Entre le boulot et des week-ends de fous à courir derrière louveteau (qui ne fait quasi pas de sieste à la maison alors qu’il dort plus de 2h chez nounou !) pour éviter un certain nombre de bêtises/gamelles, je ne vois absolument pas le temps passer !

Bref, aujourd’hui j’ai décidé de te parler d’un truc de filles parce qu’une maman, même avec des habits un peu tâchés par la bave/lait/purée renversée et les cheveux en bataille (pas vraiment le temps pour le coiffeur), une maman disais-je, c’est une femme avant tout, qui doit prendre soin d’elle, pour plaire à son chéri d’amour et se sentir bien…

En ce qui me concerne, le corps ça va ! J’ai perdu tous mes kilos de grossesse, même 4 ou 5 de plus… Bon, entre temps j’en ai repris un peu mais j’ai une silhouette convenable à mes yeux, je me sens bien dans mes pantalons et c’est le plus important. J’ai des formes certes mais une taille bien marquée et des jambes qui ne ressemblent pas trop à des poteaux… et c’est surtout un poids que j’arrive à maintenir donc je suis satisfaite.

Non, aujourd’hui j’ai envie de vous parler de ma peau, parce que j’ai récemment fait une découverte magique qui m’a réconciliée avec ma peau et avec mon image en général !

Pour bien te faire comprendre je te fais un petit topo : cela fait environ 3-4 ans que je me bats contre des boutons bien rouges (rouge écarlate c’est encore trop pâle), « papuleux » (limite pustuleux), douloureux même, sur le menton, le contour de la bouche et sous le nez !

Verdict dermatologique : une dermatite péri-orale, c’est-à-dire un truc qu’on ne sait pas trop d’où-ça-sort, ni exactement de-quoi-ça-vient, ni vraiment comment-le-faire-disparaître complètement… Après visites chez le dermato et multiples lectures sur le net je me dis que ce truc c’est vraiment de la saloperie… J’ai supprimé le fluor du dentifrice, évité de croquer des fruits dont le jus pourrait couler sur le menton, mangé moins gras/salé/sucré… bref, j’ai fait tout ce qui était conseillé pour au moins empêcher que ça ne s’aggrave.

Le dermato me dit qu’on va essayer un traitement antibiotique pendant deux semaines… ça diminue un peu, j’attrape une mycose vaginale en prime mais dès l’arrêt des antibiotiques les boutons reviennent… On réessaye les antibiotiques mais sur une période plus longue, avec diminution progressive de la dose d’antibiotique : même résultat, ça revient (et la mycose aussi… joie !) ! Finalement le dermato me met 5 mois sous Roaccutane, traitement lourd anti-acné par voie orale… A part me dessécher complètement, de l’extérieur comme de l’intérieur (je te passe les détails peu glamour), le résultat n’est pas vraiment flagrant mais il existe… Les pustules sont moins enflées, moins douloureuses et un peu moins nombreuses…

Le dermato me propose de continuer le traitement encore quelques mois mais là je refuse : à cause de ce traitement j’ai dû attendre avant d’arrêter ma pilule car le traitement est tératogène. D’ailleurs il est conseillé d’attendre 2-3 mois pour être sûr qu’il n’y ait plus de risques pour un fœtus… Or moi je veux un bébé !!! Donc tant pis pour la peau… Je respecte scrupuleusement les 3 mois de sécurité, j’arrête ma pilule et je tombe enceinte au 4ème cycle.

Entre-temps mes boutons sont un peu revenus mais surtout ma peau est complètement desséchée ! Dès que je me lave ça tiraille de partout, je me balade avec un tube de crème même la journée pour pallier à une sensation d’inconfort très présente et gênante… Même si je sais que c’est plutôt néfaste pour les boutons je me tartine de fond de teint pour au moins masquer un peu ces spots rouges qui me défigurent, et dont je n’arrive pas vraiment à cacher le volume… La peau de mon menton est comme boursouflée par endroits, je me sens vraiment moche ! Je n’ose plus du tout sortir sans maquillage, si des amis arrivent à l’improviste je cours me cacher à la salle de bain pour mettre au moins du fond de teint ! Heureusement à la maison j’ai un chéri qui me répète que je suis belle avec mon gros bidon et malgré mes boutons… mais je ne le crois qu’à moitié, moi je ne supporte pas ma tête au réveil, je commence à complexer vraiment beaucoup !

Je me tourne vers des produits sains, bio ou testés dermatologiquement pour peaux sensibles pour hydrater ma peau mais c’est vain, à peine la crème/huile a-t-elle pénétré que ma peau tire à nouveau… Je n’ose pas utiliser de produits plus riches, de peur que ça augmente mes boutons.

Après l’accouchement je me suis mise en standby côté « beauté », de toute façon je traînais en jogging et haut d’allaitement à la maison avec mon bébé, il était tellement intense au début que j’avais à peine le temps de manger, je me douchais parfois uniquement le soir quand Papa-Loup était rentré du boulot et pouvait gérer louveteau cinq minutes…

Globalement avec l’arrêt de la pilule, l’accouchement, l’allaitement, la pose du stérilet etc. je trouve que mes boutons (qui au final sont donc bien d’origine hormonale) ont quand même bien diminué… lorsque je revois des photos d’avant je me dis que ce n’est pas comparable ! J’ai tout de même du mal à me regarder avec un œil bienveillant et je complexe toujours un peu mais je gère… J’ai trouvé une crème légère de La Roche Posay qui m’enlève un peu la sensation de tiraillement et n’a pas l’air de générer de nouveaux boutons. Je m’arrête donc là dans mes expériences de peau et je me résigne à avoir une peau à boutons, en me disant qu’à un moment donné ça va bien s’arrêter tout seul…

Jusqu’au jour où je lis l’avis de Marie de Marie Mamantestent sur le diagnostique de peau qu’elle a fait chez Miss Carrot… Et là mon regard s’illumine, une petite lampe s’allume dans mon cerveau et je me dis que je vais faire pareil, qui sait, peut-être que ça va marcher ?! Quelques semaines passent, je n’ai pas envie (ni le temps) de me lancer tout de suite mais je suis assidûment son blog et les avis de personnes ayant fait ce fameux diagnostic. Un jour je profite enfin d’une sieste de louveteau pour faire une photo après nettoyage où on voit bien ma peau et remplir son petit questionnaire… Je crois que ma zone de « commentaire » devait bien faire au moins une page A4 tellement j’ai voulu donner de détails pour qu’elle puisse m’aider du mieux possible !

En fait je crois qu’elle n’avait pas besoin d’autant de détails Miss Carrot, elle a un VRAI DON ! Dans son premier mail (la réponse à ma demande de diagnostic était hyper détaillée !) j’ai découvert Caroline, une femme disponible, avenante, douce et compréhensive. Elle connaît son métier et ça se sent ; elle est douée et sait en deux mots nous donner un conseil pour « mieux faire » sans nous faire culpabiliser…

Elle m’a expliqué que ma routine beauté n’était pas adaptée à ma peau, que les produits que j’utilisais n’étaient pas assez hydratants (d’où l’éternelle sensation de tiraillement). Elle comprenait les boutons hormonaux, elle était elle-même passée par là. Elle m’a conseillé une routine plus adéquate et m’a orientée sur certains produits de son shop, sans aucune obligation bien sûr (elle m’a même conseillé si je ne voulais pas tout prendre quels produits étaient pour elle les plus importants !).

Je n’ai pas hésité une seconde ! Moi qui n’osais plus acheter d’autres crèmes plus riches de peur d’aggraver mes boutons, je lui ai fait 100% confiance ! Et puis zut, cela faisait des mois que je n’achetais rien pour moi, j’avais bien le droit de me faire plaisir ! Son orientation beauté me plaisait, de même que l’idée d’avoir des produits un peu plus naturels, bios et sans tous les additifs nocifs que l’on trouve ailleurs…

J’ai commandé TOUT ce qu’elle me conseillait : nettoyant doux, tonique, huile (qui fait sérum), crème hydratante (deux crèmes en fait : une pour un traitement de choc, l’autre pour quand ma peau irait mieux), crème de nuit, masque, gommage !

Le colis a mis très peu de temps à arriver, joliment emballé avec des petits échantillons d’une autre marque qu’elle vend et que je n’avais pas commandée (Love Organics)… J’attendais encore une crème (en rupture de stock) qui manquait à l’appel pour démarrer toute la routine qu’elle m’avait conseillée. Du coup j’ai décidé de tester les échantillons Love Organics pendant une semaine : j’ai été conquise ! Ça sent bon, c’est doux, ma peau (oooooh miracle !!!) ne tire plus !

Puis j’ai attaqué la routine avec les produits achetés :

-Nettoyant doux Cowshed : j’utilise une petite noisette une seule fois par jour, il est doux, agréable, laisse la sensation d’une peau propre et saine mais sans inconfort.

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Lotion tonique Cowshed : un petit pschitt vivifiant qui rafraîchit, dynamise et évite l’agression du calcaire de l’eau. Je termine avec un brumisateur d’eau tout simple.

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Huile revitalisant de Trevarno : hormis au début une petite difficulté au niveau de l’embout pour faire en sorte que ça goutte, je l’aime beaucoup, elle sent bon mais pas trop fort, pénètre très rapidement et ne laisse pas la sensation de peau huilée graisseuse…

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Crème TLC de Trevarno : pour vous dire, il ne reste qu’1/3 du pot ! L’odeur est surprenante, au début je n’aimais pas mais je m’y suis habituée… C’est surtout qu’elle est magique, ma peau est hydratée, repulpée et ça dure toute la journée sans briller de trop !

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Crème de nuit Cowshed : un vrai baume hydratant juste ce qu’il faut, un parfum frais et délicat, très agréable à masser sur le visage et le cou le soir avant le dodo ! Les quelques fois où je l’ai oubliée j’ai vu la différence le lendemain matin : ma peau était plus terne, plus fatiguée et nettement plus sèche !

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Gommage Cowshed : des tous petits grains pour un gommage tout en douceur pour ne pas irriter ! Malgré tout très efficace, je n’ai quasiment plus de peaux mortes (que je grattais avant avec les ongles en sortant de la douche, pas bien !!!).

Maman-Louve teste : Miss Carrot

-Masque Living Nature: j’avoue, c’est le seul produit que je n’ai pas encore testé !!! Parce que la semaine je n’ai pas le temps et le week-end je n’y pense pas… honte à moi !

Maman-Louve teste : Miss Carrot

Deux semaines plus tard j’étais définitivement adepte et je bénissais Miss Carrot ! Je lui ai même envoyé une photo que je lui ai autorisé à mettre sur son blog et que je remets ici :

Maman-Louve teste : Miss Carrot

Je tiens à préciser que sur la photo après diagnostic je n’avais PAS de maquillage, à peine un voile de poudre pour matifier et du mascara. Ma peau allait donc nettement mieux : les gros spots rouges s’étaient transformés en petits boutons rose pâle ! Même si j’ai depuis quelques boutons qui apparaissent de temps en temps en fonction du cycle hormonal, ils n’ont plus rien de comparable ! Un coup de stick correcteur et on ne voit plus rien, trois jours plus tard ils sont partis !

D’autre part ma peau était à nouveau confortable, plus de sécheresse, plus de sensation désagréable de tiraillement… Et je n’avais pourtant pas la peau qui brillait plus qu’avant !

Depuis, tout va bien, j’ai retrouvé une peau correcte, je me suis réconciliée avec mon visage, je n’ai plus honte de ma gueule lorsqu’on me voit sans maquillage ! Et ça pour moi c’est un changement ÉNORME ! D’ailleurs je sors maintenant régulièrement sans maquillage, ou alors juste un peu de poudre et du mascara… et je me sens bien !

En plus Miss Carrot elle est drôlement chouette, elle m’a conseillé une lotion d’une autre marque qu’elle ne vend pas pour resserrer mes pores petit à petit une fois que ma peau irait mieux et serait moins sensible… Et puis surtout elle m’a demandé ce qui me ferait plaisir sur son site pour me remercier de lui avoir permis d’utiliser mes photos, parce que ça lui a ramené plein de diagnostics et de nouvelles clientes !

Voilà, vous l’aurez compris je suis FAN ! J’ai même dévalisé une nouvelle fois sa boutique en ligne pour me refournir pendant les soldes ! Les produits sont top, les prix tout à fait corrects, l’envoi rapide, le conseil disponible et personnalisé…

Je vous invite donc fortement à faire un petit tour sur son site et vous laisser guider par ses conseils !

Merci Miss Carrot !

Voir les commentaires

La chute dans l’escalier – Le jour où ma vie a failli s’arrêter

14 Avril 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Bb

La chute dans l’escalier – Le jour où ma vie a failli s’arrêter

Chère lectrice,

C’est arrivé hier soir mais il faut que j’en parle, là, très vite, il faut que j’exprime et que je sorte ce ressenti et ces émotions avant qu’elles ne me bouffent… Depuis hier soir je me sens vidée, démunie face à la vie qui d’un instant à l’autre peut basculer du plus beau au plus sombre, du plus joyeux au plus triste, sans crier gare… Je n’avais jamais ressenti ça aussi fort auparavant mais là ça concerne mon Louveteau ! Sa vie m’est bien plus précieuse encore que la mienne et je réalise à quel point cette vie peut être fragile…

On entend beaucoup parler des accidents domestiques et puis on se dit « non, pas nous, on est vigilants, on est tout le temps derrière lui… ». Et pourtant… pourtant en une fraction de seconde, un mètre de trop, un œil qui regarde ailleurs et l’accident se produit…

Nous sommes donc dimanche 13 avril, il fait beau et presque chaud, nous avons passé une super journée, fait plein de jeux, observé Louveteau entraîner ses premiers pas sur la terrasse avec joie. Oui, depuis samedi il a commencé à marcher seul… enfin, à faire quelques pas car on est encore loin de la marche assurée mais l’important c’est son visage rayonnant quand il y arrive et son entêtement à vouloir recommencer quand il perd l’équilibre et tombe en avant ou sur les fesses…

Il est environ 19h, je suis à la cuisine en train de couper les légumes pour le déjeuner de louveteau le lendemain. Papa-Loup et Louveteau sont à l’étage dans la chambre du petit, je les entends chahuter et rigoler ensemble et ça me fait sourire, j’aime leur complicité. La porte s’ouvre, j’entends mon Loup me demander s’il faut qu’ils descendent ou si je monte, je réponds que je finis de couper mes légumes et que j’arrive… Quelques secondes après j’entends Papa-Loup hurler « Louveteau !! Louveteaaaaauuuuu !!!! NOOOOONN ! » en même temps que plein de « boum, boum, boum » dans l’escalier. Ce hurlement m’a instantanément glacé le sang, j’ai instinctivement compris ce qui se passait, je me suis sentie pâlir en même temps que mon cœur s’accélérait et que je courais vers l’escalier juste à temps pour voir louveteau atterrir sur la moquette du palier, la tête sur le côté et le corps encore dans l’escalier…

Après je ne sais plus, enfin plus trop… je crois que je pleurais… je me rappelle avoir vu mon Loup arriver immédiatement après en bas de l’escalier, soulever Louveteau du sol comme si c’était un sac de patates… J’ai entendu Louveteau pleurer, fort, très fort même mais je crois que je n’ai jamais été aussi contente de l’entendre pleurer !!!

Je crois qu’on a crié ou parlé très fort, les deux… on était sous le choc, le petit pleurait dans ses bras… je sais que j’ai tendu les bras pour prendre mon bébé, mon trésor mais je ne sais plus si j’ai crié « donne-le moi ! » ou si je l’ai simplement pensé… Dès que je l’ai eu dans les bras Louveteau s’est assez vite calmé, il reniflait encore un peu et moi j’ai dû m’asseoir sur le canapé parce que mes jambes flageolaient et que mes mains tremblaient si fort que j’avais peur de le lâcher.

Est-ce que c’est à ce moment là que j’ai dit « il faut l’emmener à l’hôpital » ? Mon Loup n’est de loin pas fan des hôpitaux, des médecins etc. alors il m’a dit « Si tu veux, on fait comme tu veux mais on pourrait déjà peut-être le déshabiller pour voir nous s’il a des marques quelques part ? ». Pendant ce temps Louveteau était tout à fait normal, son papa lui a touché toute la colonne vertébrale, les jambes, les bras et le petit rigolait quand ça chatouillait ! On a vu une jolie bosse au niveau de l’arcade gauche, une petite tache un peu rose sur le haut du crâne à droite et quelques marques un peu rouges sur les bras… A y repenser je crois que je l’ai trouvé étrangement zen mon Loup, beaucoup plus que moi en tout cas ! Il a bien géré la situation de stress, il essayait de me rassurer je crois…

J’ai essayé d’appeler les urgences pédiatriques, celles qui prennent sur rendez-vous : le répondeur disait qu’il n’y avait plus de place… J’ai appelé les urgences de l’hôpital des enfants, quatre fois : « toutes nos lignes sont occupées »… J’en aurais pleuré mais je me suis maîtrisée, j’ai lu qu’il fallait surveiller Louveteau, lui donner à manger et vérifier qu’il ne vomisse pas, ne soit pas léthargique… On lui a donné un peu d’eau à boire, on l’a fait marcher à quatre pattes et debout, tout semblait normal. Il a régurgité un peu d’eau avec une odeur de vomi du yaourt du goûter… J’ai recommencé à paniquer mais mon Loup m’a dit que c’était vraiment un tout petit peu et qu’avec le roulé-boulé qu’il avait fait c’était peut-être normal… Il continuait de me répéter « si tu veux on va aux urgences, si ça te rassure mais tu sais, on va attendre des heures, il a l’air tout normal, il joue avec ses livres musicaux, sourit, rigole. Regarde-le, regarde ton fils, tout va bien ! ». Oui c’est vrai, tout avait l’air d’aller bien alors je lui ai donné son dîner, il a tout mangé, bu son biberon totalement normalement… Je me sentais quand même plus rassurée mais c’est mon Loup qui avait besoin d’être rassuré cette fois, il s’en voulait énormément d’avoir manqué de vigilance, il me disait « c’est ma faute ». Non, bizarrement je ne lui en voulais pas, ça peut arriver, ça arrive à tout le monde, il faut juste qu’on fasse beaucoup plus attention dorénavant et qu’on anticipe encore plus pour éviter les accidents… Et qu’on installe cette putain de barrière en haut de l’escalier !!!

J’ai couché Louveteau comme d’habitude, il m’a fait au revoir de la main avant de s’endormir, comme quasi tous les soirs. En redescendant je me suis effondrée en larmes… J’avais besoin de me libérer de ce poids qui me pesait sur l’estomac…

Je suis remontée trois fois voir mon bébé, vérifier qu’il dorme bien, qu’il respire normalement… J’ai mal dormi, dès que je l’entendais bouger dans le babyphone je veillais pour savoir si tout allait bien. J’ai fait des cauchemars en dormant. Même éveillée je revois la scène, la tête de mon bébé en bas de l’escalier… J’entends encore le hurlement de terreur et d’impuissance de mon Loup qui voit son petit débouler dans l’escalier sans pouvoir le rattraper… Je crois que cette image et ce cri vont me suivre encore un moment…

L’essentiel est que tout aille bien : mon bébé a l’air tout à fait normal, sa journée chez la nounou s’est bien passée, il s’est juste réveillé en hurlant de sa sieste… peut-être qu’il a refait ce cauchemar aussi…

Ma vie hier soir aurait pu basculer totalement mais je crois qu’une main bienveillante a veillé sur notre Louveteau alors du fond du cœur, qui ou quoi qu’elle soit, je la remercie de tout mon cœur de maman.

Voir les commentaires

Mon louveteau a 1 an!

18 Mars 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Bb

Mon louveteau a 1 an!

1 an déjà! 12 mois, 365 jours, 8'760 heures, 525'600 minutes, 31'536'000 secondes et que du bonheur!

Mon louveteau, mon doudou, mon cœur, mon trésor, mon petit amour...

JOYEUX ANNIVERSAIRE!

1 an c'est peu... ce n'est que le début, je te souhaite d'avoir plein plein d'années pour profiter de la vie, la remplir de tes sourires et de tes yeux rieurs, de tes éclats de rire et de tes interrogations, de tes découvertes et de tes bêtises aussi!

1 an c'est peu... pour le moment c'est toute ta vie! Mais 1 an c'est beaucoup car tu es toute la mienne!

Cette année écoulée est passée si vite et en même temps j'en ai savouré chaque seconde depuis ce lundi 18 mars 2013 à 9h22 où tu as fait ton entrée dans ma vie. Je t'avais espéré longtemps, attendu 9 mois, imaginé toute ma vie mais ce moment restera gravé à jamais dans ma mémoire! Ce moment où je t'ai rencontré, enfin ; ce moment où par ta présence, ton petit cri de "ça y est je suis là", tes yeux déjà grand ouverts tu as fait de moi une maman heureuse, comblée, épanouie.

Dès lors chaque instant avec toi me fait découvrir en moi la maman que je suis maintenant et me fait redécouvrir aussi l'enfant que j'étais... C'est étrange ce retour aux sources, ce flashback qui nous ramène en arrière mais c'est tellement rafraîchissant! Et puis maintenant je comprends certaines inquiétudes de la mienne de maman...

Pour rien au monde je ne changerais de vie, même pas lors de tes nièmes réveils nocturnes qui me font des cernes jusqu'au menton et des cheveux blancs...

Un sourire de toi illumine ma journée et me redonne de l'énergie, ta joie de vivre me fait grandir et avancer, même tes pleurs quand tu m'appelles "Mamama" me font chaud au cœur.

Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, tu es mon tout et je t'aime à l'infini!

Ta maman qui sera toujours là pour toi

Voir les commentaires

Se retrouver à deux quand on est trois

26 Février 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Humeur(s)

Chère lectrice,

A la base je voulais écrire cet article pour la Saint-Valentin, ça me semblait indiqué pour l’occasion… même si je n’aime pas particulièrement cette fête très (trop) commerciale. Malgré tout j’étais contente de recevoir un joli bouquet de roses de mon Loup, parce que finalement, la dernière fois que j’ai eu des fleurs c’était à la maternité pour la naissance de louveteau… oui, chère lectrice, même avec un mâle adorable et attentionné, les bonnes habitudes des petites attentions qui font tant plaisir se font plus rares avec le temps… Pas par manque d’amour non, mais parce qu’on n’y pense plus, parce qu’on est des parents-débordés-qui-bossent-comme-des-dingues, parce que dès qu’on a fini le boulot on met la casquette de notre deuxième métier : parents ! Et qu’après ça on s’écroule…

C’est donc le propos de mon billet. Au départ il y a un couple très amoureux qui se fait plein de câlins, de tendresses, de papouilles, tout le temps, à toute heure, sans raison, juste parce qu’on a besoin de se sentir tout près, collés-serrés (on est tactiles ou on ne l’est pas) ; un couple qui parle beaucoup, énormément, de tout et de rien, de la politique, d’égyptologie, d’astrologie, de la possible vie extra-terrestre et j’en passe ; qui refait le monde, qui voudrait le changer, qui cherche une solution pour sauver la planète (oui, rien de moins) ; qui cherche des idées pour inventer quelque chose qui le rendrait millionnaire et servirait à bon nombre de personnes (oui oui on a de l’ambition) ; qui regarde des films, des dessins animés (oui, grands enfants, toujours), des spectacles comiques et qui rigole à tout bout de champ en faisant des imitations ; un couple qui s’entend bien (ok, pas tout le temps, mais presque !) et décide de vivre ensemble.

A l’arrivée on a un couple qui peine à passer des moments à deux, par manque de temps et d’énergie… Entre-deux il y a eu un louveteau et ce n’est pas un petit changement !!! Oh attention hein, je ne me plains pas, j’ai voulu avoir louveteau, j’étais consciente des implications et je sais que cette situation est transitoire, mais je ne fais que constater ! Un bébé demande tellement d’énergie et d’attention ! Quand il sera plus grand et un peu plus indépendant je pense (j’espère !) qu’on pourra plus facilement lui dire d’aller jouer dans sa chambre un moment et trouver du temps pour nous…

Mais pour le moment c’est compliqué… ce n’est pas gravissime, on n’en souffre pas vraiment mais je me dis qu’il faut aussi qu’on arrive à se retrouver, à dégager du temps pour s’aimer encore plus fort et se le montrer autant (voire plus) qu’avant… Je comprends mieux maintenant pourquoi les couples peu solides ou s’engageant dans la parentalité en ayant déjà une relation légèrement bancale se séparent dans les premières années de leur enfant... Il faut être un couple en béton pour survivre à ce tsunami, ce bouleversement dans les habitudes, dans la gestion du temps !

Louveteau n’a pas encore un an et je le trouve trop petit, trop accroché à nous, pour le laisser un week-end et partir en amoureux… Peut-être que c’est une excuse, quand on veut on peut, mais moi je n’ai tout simplement pas envie de le laisser un week-end alors que je le vois déjà tellement peu mon loulou ! Bon, donc on tire une croix sur le week-end en amoureux pour le moment…

Le soir et le week-end j’ai plutôt l’impression qu’on co-habite et qu’on co-parente… Je m’explique, Papa-Loup s’occupe de louveteau et joue avec pendant que je fais ses purées, les courses, les lessives etc. Je m’occupe de nourrir, changer, câliner et coucher louveteau pendant que son père a un peu de temps pour geeker… Parfois je prends le temps de me poser un moment avec mes deux hommes mais je ne tiens pas en place, mon cerveau bouillonne et j’ai la liste des « choses à faire » qui tourne en boucle dans ma tête… Peut-être que je m’organise mal, je ne sais pas, il ne me semble pas perdre du temps inutilement, au contraire il me semble que je passe mes soirées et mes week-ends à courir pour faire le maximum de choses en un minimum de temps… Toujours est-il que quand louveteau est à la sieste ou au dodo pour la nuit et que j’évite donc les tâches qui font du bruit et risquent de le réveiller, moi aussi j’ai envie d’un peu de temps pour geeker, pour prendre ma douche etc. Ensuite il nous reste de notre soirée une heure, une heure trente, deux heures à tout casser pour manger et regarder un peu la télé… C’est là qu’en général je m’écroule de fatigue, le ventre plein et avec ma « to-do list » cochée comme il faut tout partout !

Alors oui, je l’avoue, il faut parfois que je pense que ça fait un moment qu’on ne s’est pas fait de bisous, de papouilles, de câlins… d’un autre côté c’est notre fils qui en reçoit plein, de notre part à tout les deux ! Mais il ne faut surtout pas qu’on oublie ce qu’on était au départ, nous deux, une Louve et son Loup ! On s’aime, mais l’amour ça s’entretient, sinon la flamme s’éteint doucement !

Je n’ai pas de trucs, je n’ai pas d’astuces à vous donner pour apprendre à se retrouver à deux quand on a un petit bébé entre nous (qui nous sépare mais qui nous unit aussi). Au contraire, d’ailleurs si vous avez envie de partager vos idées vous êtes les bienvenues ! Non, tout ce que j’aimerais dire c’est qu’il faut penser à l’autre d’abord comme un conjoint et non comme un parent ou des bras secourables en cas de pétage-de-plombs-bébé-qui-pleure-tiens-chéri-prends-le… Il faut se souvenir de ce qu’on était, se re-découvrir amoureux, retrouver des habitudes, même insignifiantes qu’on avait avant (se tenir la main pendant le film par exemple). Il faut y penser et le faire, malgré le stress, la fatigue, le gros rhume qui nous lamine pour au moins une semaine etc…

Alors oui, c’est bête mais je me dis que je vais intégrer mentalement dans ma « to-do list » du week-end une case « passer du temps avec chéri, discuter, se câliner ». Parce que si je l’ai choisi c’est qu’il y a une bonne raison, si louveteau existe c’est parce que je l’ai choisi lui et personne d’autre ! Il est mon Loup, envers et contre tout et je n’ai pas fondé une famille avec lui pour la voir se désintégrer par manque d’attention, de communication, d’énergie ou de temps !

Voilà, ça c’est ma « bonne résolution » de Saint-Valentin…

N.B. : honnêtement, j’admire énormément les parents de familles nombreuses et je me demande vraiment comment ils arrivent à gérer leur couple ?! Nan parce que moi j’aimerais bien un(e) petit(e) deuxième mais je pense qu’on va attendre un peu quand même hein… d’ailleurs tiens, j’ai trouvé l’idée pour mon prochain article ;)

Voir les commentaires

Besoin de votre avis pour un siège RF (rear-facing) : j'hésite entre Klippan

23 Janvier 2014 , Rédigé par Maman-Louve

Besoin de votre avis pour un siège RF (rear-facing) : j'hésite entre Klippan Kiss2 Duologic, Besafe Izikid X3 Isofix, Britax Hi-Way2 et Britax Max-Way... Auriez-vous testé l'un de ceux-ci et pouvez-vous me donner votre avis? Aucun magasin proche de chez moi n'en propose donc je dois commander sur Internet sans avoir testé l'installation :(

Voir les commentaires

10 mois déjà!

18 Janvier 2014 , Rédigé par Maman-Louve Publié dans #Bb

Chère lectrice,

Mon louveteau a 10 mois aujourd’hui…

Mon bébé, 10 mois de joie et de bonheur à l’état pur ! 10 mois de tes regards de plus en plus vifs et éveillés et de tes coups d’œil coquins ; 10 mois d’apprentissage de nous deux, de nous trois, 10 mois de découverte du monde qui t’entoure, 10 mois d’émerveillement ; 10 mois de tes sourires au quotidien et de ton rire « qui lézarde les murs » comme dans la chanson de Renaud. (Oui je sais, j’ai des références musicales de trentenaire, voire plus, mais les textes « de mon époque » sont quand même plus profonds que les « papaoutai » non ? Enfin, ça c’est un autre discours…)

Ces 10 mois ont passé à une vitesse impressionnante, 10 mois qui t’ont transformé de petit bébé à petit garçon dont le caractère commence à se manifester de plus en plus… Je suis partagée entre mon envie de retrouver mon petit bébé, de revenir en arrière, d’arrêter ce temps qui file à une vitesse vertigineuse et ma curiosité de te voir grandir et évoluer, de suivre un à un tous tes apprentissages… Alors je me dis que la route est devant : le plus beau, le plus fort, le plus instructif reste à venir ! Je vais mettre tes pas dans les miens pour t’ouvrir la voie, te montrer le chemin, t’avertir des embûches et te protéger des obstacles mais je vais aussi mettre mes pas dans les tiens pour que tu me montres où tu veux aller… Je veux être ton guide et ton support, j’ai hâte mais pas trop non plus car tu grandis bien assez vite déjà et je tiens à savourer chaque instant de cette croissance, chaque centimètre de plus, chaque bêtise, chaque rire, chaque émerveillement…

Ces derniers mois j’ai l’impression qu’il y a une nouveauté par jour, soit dans tes attitudes, soit dans tes gazouillis où tu mélanges de plus en plus de syllabes… J’essaye d’en noter le plus possible pour ne pas oublier… la plupart sont peut-être banales ou communes mais tu es mon premier et chaque avancée m’émerveille !

Tu te mets debout dans ton parc, tu jettes tous les jouets et les peluches qui sont dedans par-dessus bord en criant « béh-béh !» qui vaut pour « tombé ». Et même si Papa-Loup et moi avons décidé de ne pas les ramasser pour te les redonner tout de suite (nous ne sommes pas qualifiés en ramassage de jouets, on n’a pas non plus fait le stage de ramasseurs pour Roland Garros), ça n’a pas l’air de te gêner, toi ce qui t’amuse c’est de vider ton parc mais une fois qu’il est vide tu t’occupes autrement.

Tu essayes d’attraper la queue du chat (ou ses oreilles) mais tu as l’air très déçu et tu ne comprends pas pourquoi elle fuit dès que tu t’approches trop brusquement. Par contre tu te calmes tout de suite quand elle t’entend pleurer et qu’elle vient vers toi, comme pour te consoler.

Tu lèves les bras pour qu’on te soulève quand on te dit « tu viens ? ».

Tu t’évertues à vouloir aller vers les prises mêmes si c’est la cinquantième fois que l’on te dit non, c’est dangereux.

Tu tends les objets et les reprends en disant « ta » et « té ».

Tu t’énerves visiblement quand tu montres un jouet en faisant tout en discours et que nous, parents débiles, ne comprenons pas ce que tu souhaites.

Tu crises un peu quand on te déplace ou qu’on t’empêche de faire ce que tu veux faire.

Tu montres toutes les lumières de la maison en disant « té-té ».

Tu dis « pa-pa » à ton père mais aussi à moi. Quand je te regarde en disant « non, moi c’est ma-ma » tu me fixes l’air concentré et tu répètes « pa-pa »… mais dans le babyphone la nuit quand tu te réveilles et que tu appelles tu dis bien distinctement « ma-ma »… A croire que tu le fais exprès pour me faire tourner en bourrique, hihi ! Finalement, depuis hier tu dis « mamamam », peut-être que tu as compris la différence ?

Il y en a des centaines d’autres de ce genre et toutes te font grandir un peu, apprendre, découvrir, avancer… Et nous, parents primipares, nous retombons un peu en enfance à travers toi, en regardant la vie à travers tes yeux.

Tu es notre bonheur de chaque jour et on t’aime si fort !

Voir les commentaires